Eleriel et Alaniel - Edition Anniversaire (28mm)


Un porte-étendard exceptionnel, une grande bannière, ou un marqueur d'objectif pour vos jeux.

Echelle 28mm
Hauteur totale : 11 cm
Utilisable sur une base de 20x20mm
En métal blanc avec le drapeau en résine

ils forment un groupe de commandement hors du commun.
Ne manquez pas non plus l'Edition Limitée 54mm d'Eleriel & Alaniel.


"Combien de centaines d’innocents a-t-elle massacrés rien que pour faire de nous ses esclaves ?!"
"Je sais…"

Ce n’était pas la première fois que les deux jumelles avaient cette conversation. À vrai dire, c’était un sujet qui revenait sans cesse, comme s'il était impossible de parvenir à une conclusion. Elles parlaient doucement, comme plongées dans une rêverie éveillée.

La tente qui leur était réservée baignait dans les riches effluves d’un parfum capiteux. Des draperies somptueuses et des tapisseries ornées de fil d’or et de pierreries formaient un labyrinthe d’étoffes aux contours impossibles à cerner. Les flammes des candélabres de bronze dansaient en milliers d’éclats ondulant sur les métaux précieux des meubles, des statues, et sur les lourds bijoux qui ornaient les corps nus des deux jeunes Elfes.

Au milieu d’une multitude de chefs d’œuvres de toutes sortes et de toute provenance, les deux sœurs trônaient sur d’énormes coussins de soie et de velours, allongées, alanguies, le regard perdu dans le vide. Alaniel et Eleriel étaient si semblables qu’il était impossible de les différencier autrement que par les bijoux qu’elles portaient.
L’une d’elles avait posé sa tête sur la poitrine de sa sœur qui jouait négligemment dans ses cheveux.

Leur beauté langoureuse éclipsait toutes les merveilles assemblées dans la tente.

"Tous ces morts…", reprit la première.
Asharah, leur maîtresse avait fait bien plus que cela pour réussir enfin à les capturer. Elle avait dévasté des nations entières, renversé des rois et même défié des dieux.
On ne peut imaginer asservir les filles du Roi des Elfes sans faire quelques sacrifices.

"Mais souviens-toi", répondit l’autre. "Tous ces prétendants qui nous courtisaient, rien que des nobles mielleux, des couards. Pas un seul ne nous aimait vraiment…"

Un petit rire illumina le visage de la première. Elle tendit le bras vers le compotier en platine posé à côté d’elle. Sa main fine saisit une figue violette.
"Je me souviens de leurs têtes quand Père leur ordonna de mobiliser leurs armées pour faire face à Asharah…"
Ses dents blanches et parfaites croquèrent dans le fruit mûr à point.
"…Elle, elle était prête à tout perdre pour nous."
"Tu crois qu’elle nous aime ?" répondit sa sœur.
"… Je la déteste."
C’était maintenant à l’autre de sourire. "Passionnément ?"
"Regarde ce qu’elle a fait de nous…" Incapable de trouver plus de mots, elle continua un moment de caresser les cheveux de sa sœur. Puis sa main resta suspendue un instant alors qu’un souvenir traversait ses pensées. "Je crois que j’aime ça", chuchota-t-elle.
"Tu n’es qu’une traînée."
Sa sœur la repoussa d’un geste vif.
"Tu crois que je ne t’ai pas vue, comme tu es fière de porter sa bannière sur le champ de bataille, espèce de catin ?"
Les deux sœurs, face à face, se regardèrent un moment sans rien dire. L’une d’elles baissa la tête. Ses longs cheveux cascadèrent autour de son visage d’albâtre.
"Je crois que j’aime quand ils se jettent vers nous pour nous secourir et qu’ils tombent à nos pieds…"
Sans bruit, une larme coula lentement sur sa joue.
Sa sœur la prit dans ses bras.
"Je sais…"
Les deux sœurs restèrent dans les bras l’une de l’autre, en silence, pendant de longues minutes.
"Ce que nous vivons, c’est si…"
"… Fantastique ?"
"Personne ne nous a jamais aimées comme elle, personne ne nous aurait jamais autant donné…"
"Personne n’aurait su nous faire découvrir qui nous sommes vraiment…"

Au-dehors se mit à retentir le roulement des tambours. L’armée se préparait à donner l’assaut.
Bientôt, elles seraient en première ligne, aux pieds de leur maîtresse. Elles porteraient sa bannière et se laisseraient emporter à l’ivresse de la bataille.
C’était si bon.
Toujours étreintes, elles se mirent à pleurer à chaudes larmes.


Collections: - Fantasy, Catalogue complet

Type de fig.: Héros

Armée: Elfes Noirs (DE - F)




Articles similaires